mardi 5 mai 2020

Louis-Marie Barnier

Qui suis-je ?

Sociologue du travail, mes domaines de recherche recouvrent la santé au travail, le syndicalisme, le transport aérien.

Je suis membre de la Fondation Copernic et du Conseil scientifique d’ATTAC.

Je suis docteur en sociologie. Je suis chercheur associé au Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (LEST) - CNRS-AMU, Habilité à Dirigé des Recherches.

http://www.lest.cnrs.fr/spip.php?article913

Zone de Texte: Bienvenue sur mon site Web !
J'ai souhaité mettre à votre disposition des textes publiés (ou non) sur les thèmes du travail et de la santé au travailk, du syndicalisme, de la formation professionnelle et du transport aérien.  
Ci-dessous, vous trouverez les textes récents ainsi que des tribunes et textes courts en réaction à l'actualité.

Accueil

Ellipse: « Il y a une immanence, un ‘inconscient’, un insu dans la vie sociale, que la sociologie s’efforce de saisir (…) La critique de la société est toujours l'exigence, le besoin d'une autre société »
Pierre NAVILLE, le Nouveau Léviathan

 

Nouveaux textes :

 

· Barnier L.-M. (2020), Alerter ne suffit pas, audience du jeudi 6 juin 2019, in E. Beynel (Coord.), La raison des plus forts, Chronique du Procès France Télécom, Ed. de l’Atelier, p. 136 - 140. Texte en PDF.

· Barnier L.-M. (2020), « Entre projet universel et construction du salariat,  la Sécurité sociale en tension », Contretemps n°45, p. 92 – 99. Texte en PDF.

· Barnier L.-M., « La Sécurité sociale, un acteur de prévention en retrait », Les Utopiques n°12, Syllepse/Solidaires,  décembre 2019,  p. 155-159. Texte en PDF.

· Barnier Louis-Marie (2018), La santé des travailleurs, une Res Publica, Mémoire de HDR soutenu en mars 2018 au Lest-Aix-Marseille-Université-CNRS. Introduction et table des matières :  Texte en PDF.

 

 

******

 

La santé des travailleurs,

une Res Publica,

 

Barnier Louis-Marie (2018), Mémoire de HDR

 

Introduction

J’ai été amené par mes engagements dans la vie sociale à signer un appel débutant par cette affirmation : « La santé au travail est une question de santé publique.0F1 » Cette approche théorique, qui a des bases anciennes dans des courants de recherche anglo-saxons, est peu défendue dans la sphère universitaire française. Sa formulation apparaît relative aux formes nationales historiques de la relation salariale et au rôle dévolu à l’État dans l’espace public et privé. Nous voulons ici contribuer à ouvrir la réflexion pour son appropriation théorique dans le contexte français actuel, afin d’ouvrir à une véritable politique de prévention des risques professionnels et de défense de la santé des travailleurs.

 

C’est en croisant la santé environnementale avec la santé au travail que notre démarche peut s’expliciter plus clairement (Barnier, 2016b). Les approches envisagées considèrent deux objets séparés, le travail et l'environnement, construits ainsi au cours de deux démarches parallèles. L'approche environnementale de la santé, bien que permettant d’insérer dans une logique de santé publique l'importance de l'histoire professionnelle de toute personne, « ne traite pas les relations de pouvoir de race, de classe et de genre qui dominent notre vie quotidienne1F2 » (Turshen, 1989, p. 23). Parallèlement la santé au travail se résume trop souvent aux seuls effets d’une activité, circonscrite à un poste de travail, sur un individu asexué et isolé. Notre tâche apparaît ainsi double. Dans un premier temps, poser un cadre d’analyse commun qui permette de saisir simultanément la place dévolue par le système capitaliste aux salariés producteurs de richesse ainsi qu'à la nature, envisagée comme ressource. J. O'Connor définit ces « conditions de production » comme « tout ce qui peut être considéré comme marchandise sans être produit comme tel » (O’Connor, 2003 p. 57), englobant ainsi dans une catégorie commune la force de travail, la terre, la nature ou l'espace urbain. Ce cadre permet d'analyser santé au travail et santé environnementale dans le contexte commun de la société capitaliste.

Lire la suite : Texte en PDF.

 

1 Appel « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner », A. Thébaud-Mony, D. Linhart, E. Beynel, C. Godard, J.-M. Sterdyniak, D. Huez, A. Carré, A. de Broca, J. Lusson, L.-M. Barnier, Syndicats CGT, FSU et Sud de l’inspection du travail, Collectif de cabinets d’experts CHSCT, Associations Henri Pézerat, Ban Asbestos et Robin des toits, Médiapart, 15 janvier 2015.

2 Les citations de M. Turshen sont traduites par nous même.